revanche de Tentoglou au saut en longueur, belles surprises jamaïcaines sur la piste

Depuis le début de ces championnats du monde, les concours offrent des spectacles de premier ordre, à l’image de la victoire au saut en hauteur de Gianmarco Tamberi, de celle de Laulauga Tausaga au lancer du disque ou encore du sacre partagé entre les perchistes Nina Kennedy et Katie Moon.

Jeudi 24 août à Budapest, les sauteurs en longueur n’ont pas dépareillé. Et comme la veille avec le Norvégien Karsten Warholm sur 400 mètres haies, il a été question de revanche. Le Grec Miltiadis Tentoglou, privé du titre mondial l’an passé à Eugene (Etats-Unis) sur un dernier saut de la surprise chinoise Jianan Wang, a joué le même tour au Jamaïcain Wayne Pinnock.

Lire aussi : Championnats du monde d’athlétisme 2023 : Karsten Warholm récupère son titre en finale du 400 mètres haies

Auteur d’un saut à 8 mètres 50 avant son ultime tentative mais devancé par Pinnock au bénéfice du deuxième meilleur saut (8 mètres 40 contre 8 mètres 39), Tentoglou a atterri à 8 mètres 52 pour clore tout débat. Le champion olympique 2021 n’a longtemps pas fait mieux qu’un troisième saut à 8 mètres 39 et, pour un centimètre, il voyait alors s’envoler une deuxième fois consécutive la médaille d’or mondiale. Jusqu’à son dernier envol victorieux…

Un autre Jamaïcain, Tajay Gayle, a terminé troisième à 8 mètres 27, devançant son compatriote Carey McLeod, 8 mètres 27 aussi, au bénéfice du… troisième meilleur saut : 8 mètres 17 contre 7 mètres 90.

Femke Bol sans rivale au 400 mètres haies

En finale du lancer du marteau féminin, sans la championne en titre américaine, Brooke Andersen, éliminée en qualifications, la vice-championne du monde 2022, Camryn Rogers, s’est hissée sur la plus haute marche du podium. La Canadienne s’est imposée grâce à un jet à 77 mètres 22, devant la médaillée de bronze de l’an passé, l’Américaine Janee Kassanavoid (76 mètres 36), qui gagne un rang cette année avec cette deuxième place. La médaille de bronze est revenue à l’Américaine DeAnna Price (75 mètres 41).

Sur la piste, la finale du 100 mètres haies a été comme prévu extrêmement disputée. C’est une outsider qui a créé la surprise, la Jamaïcaine Danielle Williams. La trentenaire a devancé la Portoricaine Jasmine Camacho-Quinn et l’Américaine Kendra Harrison. Huit ans après son titre, la championne du monde 2015 a profité d’une course qui s’est couru moins vite que les séries et les demi-finales le laissaient présager. En 12 s 43, elle s’est imposée d’un centième face à Camacho-Quinn et de trois centièmes face à Harrison.

La championne du monde et recordwoman du monde en titre, la Nigériane Tobi Amusan, a échoué à la sixième place (12 s 62). Elle avait été suspendue en juillet pour trois manquements à ses obligations de localisation antidopage avant que la décision ne soit levée par l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU) à deux jours de l’ouverture des Mondiaux.

Le tour de piste a souri chez les hommes au jeune coureur jamaïcain de 21 ans Antonio Watson. A l’image de sa compatriote Danielle Williams, Watson a surpris tous les favoris au prix d’une dernière ligne droite époustouflante. Il s’est imposé en 44 s 22, devant le Britannique Matthew Hudson-Smith (44 s 31) et l’Américain Quincy Hall (44 s 37). Le recordman du monde sud-africain, Wayde van Niekerk, a terminé à la septième place tandis que le Grenadien Kirani James a été disqualifié une fois la ligne d’arrivée franchie.

Antonio Watson célèbre son titre de champion du monde du 400 mètres.

En l’absence de la recordwoman du monde, Sydney McLaughlin-Levrone, la Néerlandaise Femke Bol n’a laissé aucun espoir à la concurrence en finale du 400 mètres haies. Elle s’est imposée facilement en 51 s 70. Derrière, l’Américaine Shamier Little et la Jamaïcaine Rushell Clayton ont respectivement réalisé des chronos de 52 s 80 et 52 s 81.

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

Côté français, en attendant l’entrée en lice vendredi de Kevin Mayer qui devrait entamer son décathlon malgré ses douleurs au tendon d’Achille, ce sixième jour des championnats du monde n’a pas été très favorable. Les trois coureurs tricolores – Benjamin Robert, Gabriel Tual et Yanis Meziane – ont été éliminés en demi-finale du 800 mètres. Seule la qualification pour la finale du 5 000 mètres de Jimmy Gressier redonne un peu le sourire aux Bleus.