Olga Kharlan, l’escrimeuse ukrainienne disqualifiée pour avoir refusé de serrer la main d’une Russe, aura une place garantie aux JO de Paris

L’escrimeuse ukrainienne Olga Kharlan, disqualifiée jeudi des Mondiaux d’escrime pour avoir refusé de serrer la main de son adversaire russe, aura une place garantie aux Jeux olympiques de Paris 2024, a annoncé le président du CIO, Thomas Bach, dans une lettre diffusée par le ministre des sports ukrainien, Vadym Guttsait.

« Compte tenu de votre situation particulière, le Comité international olympique vous attribuera un quota supplémentaire pour les Jeux olympiques de Paris 2024 au cas où vous ne seriez pas en mesure de vous qualifier dans la période restante », dit cette lettre, adressée à Olga Kharlan, dont l’authenticité a été confirmée à l’Agence France-Presse par un porte-parole du CIO. La disqualification de l’athlète la veille lui a coûté de très précieux points dans la course aux JO.

La suspension d’Olga Kharlan levée

Par ailleurs, la suspension d’Olga Kharlan a été levée, a annoncé vendredi la Fédération internationale d’escrime (FIE), lui permettant donc de disputer l’épreuve par équipes à partir de samedi aux Mondiaux d’escrime. La FIE a par ailleurs amendé son règlement, qui n’oblige plus désormais à échanger une poignée de main avec son adversaire, a fait savoir Bruno Gares, membre du comité exécutif de la FIE, lors d’une conférence de presse.

La Russie a accusé vendredi le CIO d’agir « dans l’intérêt » de l’Ukraine, après que l’instance internationale a demandé aux fédérations de faire preuve de « sensibilité » à l’égard des sportifs ukrainiens.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés JO 2024 : la participation des athlètes russes et biélorusses, un « jeu de poker menteur »

Le Monde avec AFP