l’Espagne se qualifie pour les demi-finales pour la première fois de son histoire

L’Espagne, nation émergente du football féminin, s’est qualifiée pour la première fois pour les demi-finales d’un Mondial, en battant les Néerlandaises vice-championnes du monde en titre (2-1), au terme d’une rencontre à rebondissements, vendredi 11 août à Wellington.

Lire aussi : Résultats de la Coupe du monde féminine de football 2023

La Roja rencontrera le Japon ou la Suède, mardi, pour prolonger son rêve de remporter un premier titre majeur.

Les Espagnoles, l’une des plus jeunes sélections de la compétition, l’ont emporté grâce à un but en prolongation (112e) de Salma Paralluelo, 19 ans. L’attaquante du FC Barcelone a débloqué le match quelques secondes après un énorme raté de l’attaquante néerlandaise Lineth Beerensteyn.

Le scénario paraît cruel pour les Oranje qui, bien que dominées, ont montré du caractère, égalisant, durant le temps additionnel du temps réglementaire, par un tir de Stefanie van der Gragt (90e + 1). La Roja avait ouvert le score plus tôt grâce à un penalty tiré par Mariona Caldentey (80e).

La compétition dit donc adieu aux Pays-Bas, qui avaient atteint la finale en 2019 (perdue contre les Etats-Unis).

Portée par la professionnalisation de ses clubs, l’Espagne incarne le développement récent du foot féminin, où l’écart de niveau entre les nations établies de longue date et leurs concurrentes s’est considérablement réduit.

Coup fatal

Mouvement, contre-pressing, possession… Les Ibériques ont étalé leur supériorité technique, malgré la présence sur le banc de la double Ballon d’or en titre Alexia Putellas (entrée à la 99e). Mais leur absence de réussite, incarnée par Alba Redondo, laquelle a touché deux fois le poteau sur la même action (17e), les a exposées à un retour des Néerlandaises, qui ont attendu la fin du match pour tenter un coup fatal.

La rencontre s’est emballée dans le dernier quart d’heure, où les deux équipes ont semblé au bord du K.-O. Caldentey a frappé en premier, pour La Roja, sur un penalty repéré par l’assistance vidéo pour une main de Stefanie van der Gragt, malheureuse sur l’action.

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

La défenseuse avait les deux pieds hors de la surface de réparation, mais pas la main, pour quelques centimètres. Van der Gragt, 30 ans et 106 sélections, dispute sa dernière compétition comme joueuse, avant de rejoindre la saison prochaine l’encadrement de l’équipe féminine d’Alkmaar, le club de ses débuts.

Dans le temps additionnel, elle a retourné l’histoire en marquant un but digne d’une attaquante, face à la gardienne Cata Coll. Cette fin pleine de rebondissements a relancé les Néerlandaises, qui par Beerensteyn, ont eu l’occasion de passer devant au tableau d’affichage durant la prolongation.

Le Monde avec AFP