l’équipe de France retrouvera le Maroc en huitièmes de finale

Cette Coupe du monde ne cesse de prendre à contre-pied les pronostiqueurs. Après l’élimination du Brésil, c’est l’Allemagne, double championne du monde, qui prend la porte au premier tour après son match nul contre la Corée du Sud (1-1), jeudi 3 août. Cela n’était jamais arrivé à l’une des nations les plus fortes du football féminin. Et alors que tout le monde anticipait un huitième de finale choc entre les Allemandes et les Bleues, premières du groupe F, le Maroc, néophyte à ce niveau, sera finalement l’adversaire des Triclores, mardi 8 août, à Adelaïde (Australie).

Lire aussi : Coupe du monde féminine 2023 : les Marocaines aux portes de l’exploit

Il s’agit d’un véritable exploit pour les Marocaines (72es au classement FIFA et entraînées par l’ex-joueur international du FC Nantes Reynald Pedros), qui ont battu 1-0 les Colombiennes. Le but de cette qualification historique a été inscrit par la Franco-Marocaine Annissa Lahmari, joueuse de Guingamp née à Saint-Cloud, dans les Hauts-de-Seine.

Mercredi, après leur succès 6-3 contre le Panama, les Bleues imaginaient plutôt affronter la Colombie ou l’Allemagne. Mais, au vu de ce premier tour de Coupe du monde, où des sélections modestes ont rivalisé avec des sélections renommées, elles appelaient à la prudence quel que soit leur prochain adversaire.

« On veut aller jusqu’au bout »

« Peu importe l’équipe en face, ça sera du haut niveau. Il faut juste tout donner. Si on doit laisser notre cœur sur le terrain, on le laissera », lance la défenseure Elisa De Almeida. La Lyonnaise Selma Bacha insiste sur le caractère imprévisible de ce tournoi : « Dans cette Coupe du monde, tout le monde peut battre tout le monde. On l’a vu avec la Jamaïque qui a éliminé le Brésil. »

Avant les matchs décisifs de ce jeudi, la milieu de terrain française Sandie Toletti affirmait n’avoir « aucune préférence d’adversaire » pour le prochain 8e de finale. « On voulait terminer premières de notre groupe et on veut aller jusqu’au bout. »

Arrivées à Adelaïde en début d’après-midi, les joueuses tricolores sont restées au repos ce jeudi. Et elles n’avaient pas prévu de regarder les deux rencontres qui devaient décider de leur futur opposant. « On a un dîner prévu à l’extérieur de l’hôtel, peut-être que l’on aura les matchs en fond, racontait Sandie Toletti, quelques heures avant l’élimination de l’Allemagne. Demain, on commencera à bien analyser l’équipe que l’on rencontrera. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le crescendo de Kadidiatou Diani, autrice du premier triplé d’une Française en Coupe du monde

La joueuse du Real Madrid se garde de tout excès de confiance. Un état d’esprit qui ne changera certainement pas avec la surprise de la qualification marocaine : « Ce qui nous est arrivé pendant la phase de groupes [match nul contre la Jamaïque et trois buts encaissés contre le Panama] doit nous montrer que tous les matchs seront difficiles. Ce 8e de finale sera un match couperet, où la moindre erreur peut coûter cher. »

Contre les Marocaines, que les Françaises connaissent parfaitement puisque huit joueuses possèdent la double nationalité franco-marocaine (13 sur 23 sont des binationales), il faudra rester sérieuses et éviter les maladresses commises face au Panama. « Il faudra être solide défensivement car le niveau va augmenter. On ne doit plus faire ce genre d’erreurs », avertit Elisa De Almeida.

Newsletter

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

S’inscrire

Ce match entre la France et le Maroc sera aussi la déclinaison féminine de l’opposition entre les deux pays, en demi-finale de la Coupe du monde au Qatar, en décembre 2022. Les Bleus de Didier Deschamps s’étaient alors imposés 2-0.

Notre sélection d’articles sur la Coupe du monde de football en Australie et en Nouvelle-Zélande

  • Le crescendo de Kadidiatou Diani, autrice du premier triplé d’une Française en Coupe du monde
  • L’équipe de France, qui vise la première place de son groupe, ne fera pas de calcul face au Panama
  • L’équipe de France, guidée par ses « deux Renard », retrouve le chemin du succès face au Brésil
  • Amel Majri et Selma Bacha, la gauche lyonnaise au service des Bleues
  • Avant un match crucial des Bleues face au Brésil, le mollet de Wendie Renard attire tous les regards
  • Pour Haïti, un premier Mondial grâce à une génération née dans les ruines
  • Les Bleues et la tentation de l’étranger
  • Inefficaces et parfois fébriles, les Bleues ratent leurs débuts contre les Jamaïcaines
  • Hervé Renard, sélectionneur des Bleues, se « plonge entièrement dans cette cause »
  • Affluences records et victoires pour la Nouvelle-Zélande et l’Australie, nations organisatrices
  • L’équipe de France attaque le Mondial en quête du « déclic » pour enfin gagner