Le XV de France avec son équipe type pour son dernier match de préparation à la Coupe du monde

Fabien Galthié ne veut plus qu’on les appelle « les prémiums ». Mais ces quinze joueurs ont tous les airs d’une équipe type. Jeudi 24 août, le sélectionneur des Bleus a annoncé sa composition pour affronter l’Australie, dimanche au Stade de France (17 h 45), à l’occasion du dernier test grandeur nature avant la Coupe du monde de rugby (8 septembre au 28 octobre). Une formation faisant la part belle aux titulaires habituels et qui devrait beaucoup ressembler à celle qui s’avancera pour défier la Nouvelle-Zélande lors du match d’ouverture du Mondial.

Lire aussi sur le XV de France : Article réservé à nos abonnés Une liste de 33 joueurs cohérente et sans surprise pour partir à l’assaut de la Coupe du monde de rugby à domicile

Après avoir beaucoup fait tourner son effectif lors de la double confrontation contre l’Ecosse, puis la victoire face aux Fidji (34-17), Galthié est cette fois revenu à un schéma plus classique autour de son capitaine Antoine Dupont. Le demi de mêlée sera associé à la charnière à l’ouvreur Matthieu Jalibert, remplaçant désigné de Romain Ntamack après sa grave blessure au genou. Le Bordelais semble ainsi avoir une longueur d’avance sur le Rochelais Antoine Hastoy dans la quête du maillot floqué du « 10 ».

« Matthieu Jalibert, ça fait quatre ans qu’il voyage et joue avec nous. Il a presque 30 sélections, et l’approche de la trentième est vraiment un cap qu’il est en train de passer, a expliqué Fabien Galthié lors de sa conférence de presse. Il a traversé des moments très heureux et d’autres plus complexes liés à la performance ou aux blessures. Il est encore jeune et il s’approche de la maturité internationale. On a toujours compté sur lui depuis quatre ans, il n’y a pas de discussion autour de son potentiel et de sa faculté à assumer le poste. »

Pour le reste, seul le pilier gauche Jean-Baptiste Gros a des airs « d’invité surprise » dans ce XV de départ type. Mais sa titularisation n’a rien de surprenant puisque le Toulonnais pallie l’absence sur blessure de Cyril Baille. Outre le résultat, éviter les pépins physiques sera d’ailleurs la principale mission des Bleus contre l’Australie.

« Le rugby est un sport de combat et on sait qu’on peut se blesser à l’entraînement, comme à l’échauffement ou en match, a rappelé le sélectionneur du XV de France. Plus tôt dans la semaine, le directeur de la performance Thibault Giroud expliquait à L’Equipe qu’« il y aura encore des blessés » d’ici la fin de la Coupe du monde, « ça fait partie du rugby professionnel ».

Lire aussi : Owen Farrell, suspendu, ratera les deux premiers matchs de l’Angleterre en Coupe du monde

Finalement, les surprises de la composition contre l’Australie sont plutôt à chercher sur le banc. Outre les habituels « finisseurs » comme Peato Mauvaka ou Romain Taofifenua, on retrouve Baptiste Couilloud préféré à Maxime Lucu pour suppléer Antoine Dupont en fin de match, et l’arrière Melvyn Jaminet qui bénéficie de sa bonne prestation contre les Fidji pour s’inviter sur la feuille de match. Enfin, Sébastien Taofifenua aura une particularité dimanche : le pilier prendra place sur le banc… alors qu’il n’a pas été retenu dans la liste des 33 joueurs disputant le Mondial avec les Bleus.